Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'être parole de mes vendanges.

  • L'étoile à n'aître

    En ce moment je vit un écroulement tel que je n'en ait encore jamais vécu et c'est purement jubilatoire ! Je ressens cette vague... Cette vague d'amour puissante et inarrêtable, comme si elle me disait « allez viens, je t'emmène ! Tu as assez attendu, c'est maintenant que ca se passes ! Viens ! Allez ! Je ne t'abandonnerai pas sur la rive, je t'emmène en voyage au cœur de moi, au cœur de toi. Viens ! Lâches tout ! On est ensembles, rien ne peut t'arriver de mal, car tu es mon enfant. Laisse tes larmes se noyer dans mon écume d'argent traversée par les rayons dorés du Soleil de feu, viens je t'emmène vers le levant, sois courageux !
    J'ai le sentiment que c'est Elle … Que c'est Elle qui est à l'origine de tout le joyeux fiasco de ma vie dernièrement...Ce dénuement, plus rien à quoi s'accrocher, plus personne, soudainement les portes qui se ferment sous mon nez, solitude et rejet royal venant de toute part, accident et violences … En apparence un désastre absolu, un désert de destruction...d'abord j'ai eu peur... Peur que tout m'abandonnes, de m'écrouler avec l'ensemble… et soudain, d'abord furtivement, ce sentiment que quelque chose de grand est en train d'arriver, de naître de ce chaos quelque chose d'irréversible... Un rendez-vous inattendu... Ou plutôt attendu depuis... Depuis ma naissance, peut-être depuis 1000 ans, 10 000 ans, 26 000 ans, la nuit des temps ? Mon cœur qui soudain face au vide exulte d'une ivresse insoutenable, bouleversé par la minuscule lueur qui diffuse sa douce promesse dans le fond du lointain qui m'attends... Et cette phrase qui raisonnait en moi spontanément, avant que je parte, avec toute la force solennelle d'un engagement sacré :
    Je suis prête .
    ...sans que je comprenne à ce moment là pourquoi... Ou peut-être si... Pour tout... Pour la vie, c'est ce qu'il m semblait ressentir.
    Aujourd'hui je comprends que je savait au fond de moi qu'était venu l'heure, l'heure de me laisser emporter par la vague comme par un train sans retour vers un autre destin... Pas celui que les émirats de ce sombre siècle ont prévus pour moi, non...le miens. Celui qui me reviens de droit, pour l'avoir tissé et rêvé durant des milliers d'années, celui pour lequel j'ai souffert et j'ai aimé, pour lequel j'ai vaincu et abdiqué cent mille fois, perdu ma vie, mon sang, mes pas dans les couloirs du temps... Celui que la grande vie à semé en moi, Oui, celui-là...
    Je me souviens du thème que j'ai choisi pour mon sujet de bac en art plastique en 2013, « renaître ». J'étais enfermée dans une usine à pensée mécanique ou on terminait de tuer ce qu'il restait en moi d'humainement intemporel...Et ce mot « renaître » exerçait sur moi la fascination qu'inspire le mystère des étoiles, lointaines dans le ciel mais si rassurantes et lumineuses... Comme des phares dans l'océan céleste qui nous rappellent que tout est possible dans l'infini des mondes...
    Cette renaissance, je l'attendais sans y croire, mais je n'appelais qu'elle et je n'attendais qu'elle et je ne voulait qu'elle. Aujourd'hui 7 ans plus tard voilà qu'elle frappe à ma porte.. En quand je pense que ca y est, j'y suis... qu'ensemble nous y sommes, c'est si vertigineux pour tant de parts de moi qu'à la vue de la vague des éternités d'horreur semblent déjà disparaître noyées dans sa beauté et mon cœur explose dans des rires et des larmes au goût de victoire inévitables. J'ai envie de hurler au monde entier, à tous mes frères :
    PU*AIN CA Y EST, C'EST MAINTENANT LES GARS ! C'EST MAINTENANT ! VOUS Y CROYEZ A CA ? NON D'UNE LOUTRE ALBINOS BON SANG C'EST LE MOMENT !! C'EST MAINTENANT , C'EST LA ! ON Y EST !
    Et comme un dialogue intime et inaudible entre tous ces enfants perdus et la grande vague de vie : « ENFIN ??!! » « ENFIN. » « NON ?? » « SI !! » VRAIMENT ?? « VRAIMENT » « OUI ?? » « OUI !! » « ... » ALORS QUOI?! ALORS OSES !! LA VERITE LE CHEMIN ET LA VIE... CE N'EST PAS QU'UNE PROSE?! NON, C'EST TOI QUI T'OUVRES COMME UNE ROSE.
    SPECTACLE GRANDIOSE POUR L'UNIVERS EN EMOI, QUE TON AMOUR QUI PREND NAISSANCE EN MOI.
    VAS VIS ET DEVIENS QUI TU ES, EMPORTE SUR LE DOS DE L'OISEAU LIBERTE,
    SOULEVE PAR LE FLOT DES VAGUES ETOILEES.
    C'est tellement grandiose ce qu'il se passe... Je n'aurais pas soupçonné que la vie soit si grandiose, dans ce petit monde absurde plein de PMU et de voitures toutes options... Plein à chaque recoin de la mort de nos âmes en attente de rémission...
    Mais je sait que je n'aurais pas pu apprécier si intensément et si profondément cette renaissance au parfum d'amour si je n'avais ressenti le goût amer de la mort aussi intensément... Et tout prends sens soudainement...
    Oui j'ai connu la construction qui tue et maintenant voilà que je connaît la destruction qui donne vie. « Il faut avoir un chaos en soi pour accoucher une étoile qui danse » Nietschze
    En tout cas, comme me l'à dit un ami cher à mon cœur hier soir, ce n'est que le début... Nous n'en sommes qu'aux balbutiements...

  • DIS TA FOUTUE VÉRITÉ.

    Bonjour à toutes les âmes amies, Esprits épris de vie, éclairs éclairant la nuit ... Je partage ici un hymne au lâchage de grappe que j'ai trouvé magnifique et qui résume mon processus de guérison... Parce qu'être libre lumineux et spirituel, passe par la traversée de nos enfermements, de nos ombres et surtout... Par l'intégration de nôtre dimension humaine en lui donnant le droit d'être ce qu'elle est... En lâchant les peurs qui nous maintiennent dans la dualité et l’inauthenticité, l'autocensure, la culpabilité de se trahir, la honte d'être lâche, la tristesse de ne pas vivre ... Les peurs de ne pas être assez bien, de ne pas être comme il faut, de ne pas être éveillé, parfait, évolué, digne d'être aimé... En somme... Pour ce que nous sommes.

    « J'ai vu des miracles se produire, quand les gens disent la vérité. Pas la "belle" vérité. Pas la vérité qui cherche à plaire ou à réconforter. Mais la vérité sauvage. La vérité féroce. La vérité qui dérange. La vérité tantrique. La foutue vérité. La vérité que tu as peur de dire.

    L'horrible vérité sur toi que tu caches pour "protéger" les autres. Pour éviter d'être «trop». Pour éviter d'avoir honte et de te sentir rejeté. Pour éviter d'être vu. La vérité de tes sentiments les plus profonds. La rage que tu as ressassée, dissimulée, maîtrisée. Les terreurs dont tu ne veux pas parler. Les pulsions sexuelles que tu as essayé d'engourdir. Les désirs primaires que tu ne peux supporter de formuler.

    Les défenses se décomposent enfin, et ce matériel «dangereux» émerge du plus profond de l'inconscient. Tu ne peux plus le retenir. L'image du «bon garçon» ou de la «gentille fille» s'évapore. Celle du «parfait», de «celui qui a tout compris», de l'évolué : ce sont des images qui brûlent.

    Tu trembles, tu transpires, tu es au bord des vomissements. Tu penses que tu pourrais en mourir, mais finalement tu la dis cette putain de vérité, cette vérité dont tu as profondément honte. Pas une vérité abstraite. Pas une vérité "spirituelle", soigneusement formulée et conçue pour prévenir l'offense. Pas une vérité habilement emballée. Mais une vérité humaine désordonnée, enflammée, bâclée. Une vérité sanglante, passionnée, provocatrice, sensuelle. Une vérité mortelle, indomptée et sans fard. Et fragile, collante, suante, vulnérable. La vérité de ce que tu ressens. La vérité qui permet à l'autre de te voir à l'état brut. La vérité qui fait haleter, qui fait battre ton cœur. C'est la vérité qui te libérera.

    J'ai vu des dépressions chroniques et des angoisses permanentes s'effacer du jour au lendemain. J'ai vu s'évaporer des traumatismes profondément enracinés. J'ai vu de la fibromyalgie, des migraines à vie, de la fatigue chronique, des maux de dos insupportables, des tensions corporelles, des troubles de l'estomac, disparaître, ne jamais revenir. Bien sûr, les «effets secondaires» de la vérité ne sont pas toujours aussi dramatiques. Et nous n'entrons pas dans notre vérité avec un résultat en tête. Mais pense aux énormes quantités d'énergie nécessaires pour réprimer notre sauvagerie animale, engourdir notre nature farouche, réprimer notre rage, nos larmes et notre terreur, soutenir une fausse image, et faire semblant d'être «bien».

    Pense à toute la tension dans le corps, et aux dommages causés à notre système immunitaire, quand nous vivons dans la peur de " nous montrer". Prends le risque de dire ta vérité. La vérité dont tu as peur. La vérité dont tu crois que le monde dépend. Trouve une personne sûre - un ami, un thérapeute, un conseiller, toi -même - et laisse-les entrer. Laisse-les te tenir alors que tu te brises. Laisse-les t'aimer alors que tu pleures, rages, trembles de peur, que tu es en plein gâchis.

    Dis ta putain de vérité à quelqu'un - cela pourrait simplement te sauver la vie, te guérir du plus profond de toi et te connecter à l'humanité d'une manière que tu n'avais jamais imaginée. »

    Jeff Foster